« Tout doit changer dans le secteur minier ! » – Jeune Afrique

 « Tout doit changer dans le secteur minier ! » – Jeune Afrique

Création de l’Entreprise générale du cobalt, révision du code minier, annonces du président Tshisekedi… Toutes ces mesures sont-elles suffisantes ? Non, répond le journaliste belge Erik Bruyland, auteur de « Cobalt Blues ».


Avec 70% de la production totale de cobalt, la RD Congo se hisse au premier rang mondial. Pourtant, avec un PIB par habitant de 1 972 dollars en 2020 (selon la Banque mondiale), le pays est loin de profiter de ces richesses.

Dans son essai Cobalt Blues, paru en juillet 2021 aux éditions Racine, le journaliste belge Erik Bruyland s’est penché sur l’histoire post-coloniale de son pays natal. Rencontre.

Jeune Afrique : Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire ce livre ? 

Eric Bruyland : D’abord, le fait que je suis né et que j’ai grandi en RD Congo. À l’époque, l’Union minière était une entreprise bien organisée, bien rodée. On disait d’elle qu’elle était  un État dans l’État : elle fournissait une sécurité sociale, des infrastructures, des hôpitaux, des écoles, etc.

Avec la privatisation, au début des années 2000, j’ai vu tout dépérir. C’est allé de mal en pis au point d’en arriver à ce qui s’apparente à un système mafieux.

L’Indonésie, la Bolivie ou la Guinée ont revu leurs contrats miniers. »



Source link

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.