poker menteur en Éthiopie, des télécoms à la finance – Jeune Afrique

 poker menteur en Éthiopie, des télécoms à la finance – Jeune Afrique

Le Premier ministre Abiy Ahmed à l’hôtel Watergate à Washington D.C., en  juillet 2018.

Le Premier ministre Abiy Ahmed à l’hôtel Watergate à Washington D.C., en juillet 2018. © EBS TV/Youtube/Capture d’écran

En Éthiopie, la sélection d’un consortium soutenu par des investisseurs américains a donné lieu à des interprétations bien contradictoires. Comment démêler le vrai du faux ?


« Un nouveau front » voire « une guerre de proximité » entre Washington et Pékin, « un nouvel accroc… dans le ‘deal du siècle’ »… Des pages du Wall Street Journal aux colonnes de la presse française, la libéralisation du secteur des télécoms en Éthiopie, l’une des plus âpres batailles de cette industrie en Afrique depuis une décennie, s’est transformée en une surprenante bagarre idéologique et géopolitique, ouverte aux interprétations les plus bigarrées.

En quelques semaines, de la fin d’avril au début de juin, Addis-Abeba serait-elle devenue le nouveau front de la guerre technologique sino-américaine ?

C’est en tout cas ce que défendent des médias américains et quelques experts des télécoms en Afrique. Selon ces derniers, la décision des autorités éthiopiennes, le 22 mai, d’accorder la nouvelle licence télécoms à un consortium composé du britannique Vodafone et de ses filiales Vodacom (Afrique) et Safaricom (Kenya) plutôt qu’au sud-africain MTN, n’obéit pas qu’à de simples impératifs économiques.



Source link

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.