opération mains propres ou chasse aux sorcières ? – Jeune Afrique

 opération mains propres ou chasse aux sorcières ? – Jeune Afrique

Adama Sangaré, le maire de Bamako, le 17 novembre 2017 à Paris.

Adama Sangaré, le maire de Bamako, le 17 novembre 2017 à Paris. © Vincent Fournier/Jeune Afrique

Le maire du district de Bamako a été placé sous mandat de dépôt par le pôle économique et financier. Officiellement, aucune information n’a filtré sur les raisons de cette nouvelle interpellation. Mais une source judiciaire évoque une affaire remontant à 2010.


Retour à la case prison pour le maire de Bamako. En 2019 déjà, Adama Sangaré avait été interpellé et entendu par le procureur du pôle économique et financier, Mahamadou Kassogué, devenu ministre en juin dans le gouvernement de transition de Choguel Maïga. Il avait alors été mis en examen pour « faux et usage de faux » et « atteinte aux deniers publics » dans un dossier relatif au projet de passation de marché d’éclairage public, dans le cadre de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance du Mali, en 2010.

Outre Sangaré, Sékou Alpha Djittèye, directeur d’Énergie du Mali (EDM), et Mah Fily Koné, cheffe du département hydrocarbures d’EDM à l’époque des faits, ainsi que Mohamed Oumar Traoré, directeur de la société contractante pour l’exécution du marché d’éclairage (Ifabaco), avaient également été placés en détention.

Libéré sous caution le 22 mai dernier, après sept mois passés en prison, Adama Sangaré est de nouveau sous les barreaux depuis le 2 août.

« Présumé innocent »



Source link

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.