La jeunesse allemande entre fidélité à Merkel et désir de changement

 La jeunesse allemande entre fidélité à Merkel et désir de changement

Pendant seize ans, Angela Merkel a marqué l »Allemagne de son empreinte. Toute une génération n’a connu qu’elle en tant que chancelière. Emil Wensel en est l’un des représentants. Il vient d’avoir son bac cet été. À l’âge de 14 ans, il avait adhéré à la Junge Union, le parti des jeunes de la CDU, formation de la dirigeante allemande.« Pour moi, Angela Merkel, c’est la continuité et la stabilité : elle est passée d’une crise à l’autre sans accroc, » estime-t-il.

Pour Erik Wensel, le camp chrétien-démocrate sera capable de diriger un nouveau gouvernement sans Angela Merkel. « Je pense qu’Armin Laschet est l’homme qui peut mener l’Allemagne dans la bonne direction, » affirme-t-il avant d’ajouter : « C’est un excellent candidat pour le poste de chancelier. Il a de l’expérience, il a fait de bonnes choses en Rhénanie du Nord-Westphalie et il fera pareil au gouvernement fédéral. »

Une personnalité différente à la chancellerie ?

Près de trois millions de jeunes sont appelés à voter pour la première fois, lors de ces législatives. Une génération qui d’après les sondages, est sensible au changement et au renouvellement de la vie politique.

« En fonction des résultats, on pourrait avoir une personnalité radicalement différente qui accède au poste de chancelier, » indique Erik Flügge, chercheur sur les élections. « Cela sera surprenant, surtout pour ceux qui n’ont connu qu’Angela Merkel, » précise-t-il.

Dans la dernière ligne droite de cette campagne, la CDU-CSU a clairement perdu du terrain face aux Verts et même aux Libéraux chez les 18-29 ans. Johannes Klein, membre du groupe universitaire Campusgrün, reproche -lui- à Angela Merkel de ne pas assez s’occuper des problèmes des jeunes.

« Il y a eu de gros problèmes ces dernières années en matière justice sociale et les derniers gouvernements ont freiné des quatre fers dans la protection du climat, » estime l’étudiant en philosophie. « On veut un avenir durable pour les jeunes, mais aussi des pensions de retraite d’un niveau stable pour nos grands-parents, » souligne-t-il.

Angela Merkel et ses phrases cultes

Si les mandats d’Angela Merkel seront bientôt de l’histoire ancienne, quelques-uns de ses propos et certains événements liés à son action resteront gravés dans la mémoire des jeunes électeurs.

Alex Urban qui est âgé de 22 ans nous confie : « Elle a dit : « Internet est un nouveau territoire. Je dirais qu’on a grandi avec elle, » dit-il.

Fatma Sustam, du même âge, se rappelle d’un autre moment fort : « Quand les réfugiés ont crié : « Merci Merkel, merci maman ». C’est la première chose à laquelle je pense, c’est ce rôle de maman sympathique que je vois chez elle en premier, » affirme-t-elle.

À 19 ans, Alexander Lengersdorf se souvient lui de l’année 2015 et de sa phrase célèbre concernant l’ouverture des frontières de son pays aux réfugiés : « Nous y arriverons. »

Les jeunes et leur poids électoral

Angela Merkel a marqué ces jeunes de manière positive ou négative et aujourd’hui, ils désignent celui ou celle qui lui succédera.

Soixante millions d’Allemands sont appelés à voter lors de ces législatives. Plus des deux tiers ont plus de quarante ans. L’Allemagne est un pays vieillissant : ce qui a aussi un poids dans les urnes.

Pourtant, dans cette campagne électorale serrée, les jeunes électeurs pourraient fournir aux candidats, les derniers votes qu’il leur faut pour accéder à la chancellerie.

Source link

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.