la dernière fois qu’ils se sont vus – Jeune Afrique

 la dernière fois qu’ils se sont vus – Jeune Afrique

Alassane Ouattara reçoit Laurent Gbagbo le 27 juillet. La dernière fois que les deux hommes se sont rencontrés, c’était le 25 novembre 2010, à l’occasion d’un débat télévisé sans concession avant le second tour de la présidentielle. Retour sur une rencontre tout aussi historique.


Rendez-vous était donné le 25 novembre 2010, à 21h sur la RTI. À 21h01, le journaliste Pascal Aka Brou est en direct sur les petits écrans. Ce soir-là, les rues sont calmes à Abidjan. Les Ivoiriens attendent avec impatience le face-à-face entre Laurent Gbagbo, candidat FPI à sa propre succession, et Alassane Ouattara du RDR, soutenu par le RHDP. Une première dans l’histoire du pays.

Sur le plateau, Pascal Aka Brou a le ton solennel. Il salue les deux concurrents et égrène les règles d’un débat dont la tenue était incertaine jusqu’à la dernière minute. « Nous n’étions pas sûrs que les deux candidats allaient être présents, se souvient-il. La rumeur avait couru que Alassane Ouattara ne viendrait pas car il n’appréciait pas la position debout qui avait été demandée. Laurent Gbagbo, lui, est arrivé en avance et était au maquillage.

Puis, dix minutes avant le début de l’émission, Alassane Ouattara est arrivé, déjà maquillé. » Une rumeur qui, aujourd’hui encore, fait sourire dans l’entourage du président. « Il se disait qu’il avait mal au dos et qu’il ne pourrait pas tenir la durée du débat. Il a prouvé le contraire. Le président n’avait aucun souci avec cette consigne », dément un de ses proches.

Dans la salle, les équipes des deux candidats sont présentes. Elles ont eu une semaine pour préparer ce rendez-vous, à l’initiative du Conseil national de la communication audiovisuelle (CNCA). Un pool réunissant la télévision nationale ainsi que le ministère de la Communication avait préparé minutieusement le déroulé ainsi que les questions à aborder. Cinq thèmes avaient été retenus : la politique nationale, la défense et la sécurité, l’économie, la politique étrangère et les questions de société. Durée des échanges : deux heures et quinze minutes.

Esprit combatif



Source link

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.