la chasse aux MAKisards est ouverte – Jeune Afrique

 la chasse aux MAKisards est ouverte – Jeune Afrique

Depuis quelques mois, les autorités accusent de tous les maux le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK), dont la radicalité en fait un bouc émissaire idéal.


Mandats d’arrêts internationaux, arrestations en série, convocations dans les commissariats et brigades de gendarmerie, perquisitions à domicile, mises sous mandat de dépôt… La chasse aux militants du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK) est sans précédent depuis la décapitation des groupes islamiques armés qui ont semé la terreur dans les années 1990. Le MAK a ainsi été classé en mai comme une organisation terroriste, tout comme le mouvement Rachad, fondé par d’anciens dirigeants du FIS réfugiés à l’étranger.

Le ton est donné en août par le Haut Conseil de sécurité (HCS), qui se réunit régulièrement sous la présidence du chef de l’État. À l’issue d’un conclave entièrement consacré au MAK et à Rachad, ces derniers sont déclarés responsables des incendies qui ont ravagé la Kabylie début août faisant plus de 90 morts, dont 33 militaires.

Le communiqué du Haut conseil de sécurité parle d’« éradication totale » du mouvement

Le MAK, que dirige l’ancien chanteur Ferhat Mehenni, est également accusé d’être impliqué dans l’assassinat barbare par une foulé hystérique de Djamel Bensmail, soupçonné d’avoir allumé le brasier, alors qu’il était venu prêter main forte pour lutter contre les flammes.

Les deux organisations sont en outre accusées d’être soutenues et financées par des entités étrangères, dont le Maroc et Israël. Une accusation qui, en Algérie, vaut presque condamnation. Le communiqué du HCS, qui parle d’« éradication totale », laisse d’ailleurs peu de place au doute sur le sort qui attend le mouvement séparatiste.



Source link

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.