Formation techno gratuite pour la restauration et l’hôtellerie à l’ITHQ

 Formation techno gratuite pour la restauration et l’hôtellerie à l’ITHQ

Les robots ne serviront pas des clients dans un futur proche, mais Liza Frulla est convaincue que l’innovation est une planche de salut. (Photo: Louis Hansel pour Unsplash)

Lorsqu’elle a pris la barre de l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ) en 2015, Liza Frulla ne s’attendait pas à aborder certains sujets dignes de films de science-fiction.

«Si on m’avait dit en 2015 qu’il faudrait rentrer des robots dans des hôtels ou des restaurants, je ne l’aurais jamais cru», a confié la directrice générale à Les Affaires.

Mais l’importante pénurie de main-d’œuvre dans ce secteur d’activité est en train de changer la donne. C’est pour cette raison que l’ITHQ offre une formation gratuite en ligne sur les nouvelles technologies et les pratiques de gestion améliorées pour faire face au manque de personnel.

«Faut que la technologie joue un rôle pour seconder les travailleurs en restauration et en hôtellerie pour que ceux-ci aient des emplois à valeur ajoutée, affirme l’ancienne ministre provinciale et fédérale. Les gens veulent avoir un boulot intéressant, avec une interaction avec le public et sans trop de tâches répétitives.»

Offerte par l’ITHQ en collaboration avec Celliers Intelligents et le ministère de l’Économie et de l’Innovation du Québec, cette formation vise à accélérer le virage numérique de ce secteur. On y présentera notamment des outils afin de mieux gérer ses inventaires et ses approvisionnements et ainsi faciliter le travail des employés et des gestionnaires.

Les questions financières liées à la rentabilité seront aussi abordées, car les marges sont généralement faibles en restauration.

 

Cri de désespoir

Les robots ne serviront pas des clients dans un futur proche, mais Liza Frulla est convaincue que l’innovation est une planche de salut.

«Il faut aider le secteur à se projeter dans l’avenir, car la technologie constitue une partie de la solution au problème de main-d’œuvre, dit-elle. On n’a pas le choix. Il y a aura beaucoup de transformations dans notre industrie.»

La patronne de l’ITHQ souligne que la mise sur pied d’une telle formation numérique est la conséquence directe de la pandémie de COVID-19. Déjà confrontés à des difficultés de recrutement avant la crise sanitaire, les hôtels et les restaurants ont vu de nombreux employés quitter ce secteur d’activité pour travailler dans d’autres domaines, aggravant ainsi la pénurie.

«Tous les jours, il y a un cri de désespoir en raison du manque de main-d’œuvre», affirme-t-elle.

Selon des données dévoilées le 19 août par Restaurants Canada, 55 % des exploitants de services alimentaires sondés ont déclaré continuer à perdre de l’argent, tandis que 20 % ne réalisent pas de profits. Huit entreprises sur 10 disent avoir contracté de nouvelles dettes au cours des 17 derniers mois à cause de la pandémie. Plus du quart affirment qu’elles ne pourront pas survivre dans les conditions actuelles.

 

 



Source link

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.