Cyclisme sur route : titre mondial pour l’Italienne Elisa Balsamo

 Cyclisme sur route : titre mondial pour l’Italienne Elisa Balsamo

L »équipe d’Italie, qui a porté Elisa Balsamo vers le titre, a infligé un nouvel échec à son homologue néerlandaise dans la course dames des Mondiaux de cyclisme, samedi après-midi, à Louvain (Belgique).

Défaites aux JO de Tokyo où l’Autrichienne Anna Kiensehofer avait mené à bon port une longue échappée, les Néerlandaises se sont de nouveau inclinées, cette fois au sprint. Marianne Vos (34 ans), la plus titrée des +Oranje+, a pris la deuxième place, à une roue d’écart de la jeune Italienne (23 ans).

Balsamo, qui a participé aux JO de Tokyo sur la piste, a mis fin à une série de quatre victoires mondiales des Pays-Bas. Elle a redonné le titre à l’Italie qui l’attendait depuis les deux sprints vainqueurs de Giorgia Bronzini en 2010 et 2011.

« Cela aurait été impossible sans mon équipe qui a fait un travail extraordinaire », a remercié logiquement la jeune Piémontaise originaire de Cuneo (nord-ouest).

« Il fallait l’emmener le plus près possible de la ligne dans le sprint », a confirmé son aînée, Elisa Longo Borghini, qui a lancé le sprint à sa compatriote sur le faux-plat montant vers la ligne. Aux dépens de Vos, qui s’est retrouvée esseulée dans le sprint.

Un marquage strict

Vos, dont le troisième titre mondial remonte à 2013, a choisi de se placer dans la roue de Balsamo. Mais elle a été contrainte de suivre une trajectoire plus longue, à l’extérieur de la large courbe d’arrivée, et a échoué à remonter sa rivale.

« Vous vous rendez compte que j’ai battu Marianne Vos aujourd’hui ? C’est fou ! », s’est exclamée la jeune Italienne, championne d’Europe espoirs l’année passée. « Dire que l’année prochaine je porterai ce maillot… Tout cela me semble incroyable. Mon copain est sur la ligne d’arrivée, ma famille me suit depuis chez moi: je suis contente de leur avoir donné cette joie ».

Le strict marquage entre l’Italie et les Pays-Bas, clé de la course, a donc tourné à la défaveur des Néerlandaises qui ont accéléré à tour de rôle (Brand, van Vleuten, Blaak, van Dijk) dans les 60 derniers kilomètres. Leur tactique a eu pour effet d’user les sprinteuses, notamment la Belge Lotte Kopecky (16e) et l’Américaine Coryn Rivera (10e), mais les Italiennes ont résisté.

« On s’attendait à voir les Néerlandaises courir de façon plus agressive », a relevé Longo Borghini, troisième l’année passée derrière deux… Néerlandaises, Anna van der Breggen, qui met un terme à sa carrière cette saison, et Annemiek van Vleuten.

Source link

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.