Après avoir séduit Elizabeth II, le thé burundais vise l’élite russe – Jeune Afrique

 Après avoir séduit Elizabeth II, le thé burundais vise l’élite russe – Jeune Afrique

La théiculture fait vivre plus de 60 000 ménages dans les collines burundaises avec près de 10 000 hectares de plantations.

La théiculture fait vivre plus de 60 000 ménages dans les collines burundaises avec près de 10 000 hectares de plantations. © OTB

Principales sources de devises du pays et essentielles dans sa stratégie de relance, les filières théicoles et caféicoles du Burundi font référence dans le monde pour la qualité de leurs produits. Reste à les faire connaître davantage.


Dans un pays qui dispose de moins d’un mois de réserve de devises pour financer des importations qui pèsent dans le produit intérieur brut (PIB) cinq fois plus lourd que ses propres exportations, il y a urgence à tenter de rééquilibrer la balance commerciale. Le Burundi peut déjà se targuer d’avoir réussi à baisser la facture en ramenant la valeur de ses importations de 31 % du PIB entre 2010-2015 à moins de 25 % pour les quatre années suivantes. Mais au prix de nombreux sacrifices.



Source link

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.